Comment combattre la surdité : tour d’horizon des dispositifs les plus efficces

Contrairement à ce que l’on pense, la surdité ne touche pas uniquement le 3e âge : elle concerne pas moins de 5 millions de Français.

Et parmi eux, seulement 15 % sont appareillés. Pourquoi y en a t il si peu ? Quelles sont les solutions d’aide auditive disponible sur le marché ?

Les problèmes d’audition en France : état de la situation

dans notre pays, 8 % de la population française souffrent de problèmes auditifs : avec une perte de 20 à 40 dB, 55 % sont atteints d’une surdité légère 33 % sont touchés par une surdité moyenne, avec une perte de 70 à 90 dB, 9 % souffrent d’une surdité sévère et enfin, avec une perte de plus de 90 dB, 3 % sont des sourds profonds.

En France, si 5 millions de personnes ont des problèmes d’audition, 2 millions ont moins de 55 ans. Un public particulièrement soumis au bruit : logements à proximité d’un aéroport ou d’une autoroute, fréquentations de salles de concert et port régulier de baladeurs.

Cependant, il y a peu de personnes qui viennent contrôler leur audition : 40 % des Français ne l’ont jamais contrôlé. Et, face à la pression de leur proche, ils ne sont que 38 % à le faire.

Trois freins expliquent le faible pourcentage d’appareillés en France : l’aide auditive est à la fois, chère, difficile à porter pour des questions esthétiques et psychologiques.

Eh oui, seuls 130 € sont pris en charge par la sécurité sociale, tandis qu’un appareil d’aide auditive coûte, en moyenne, 4 225 €

Cependant, avec l’aide d’une aide auditive, les malentendants appareillés ont davantage de vie sociale ; les enfants évitent, eux, les risques de retard scolaire.

Concrètement, il suffit de prendre un rendez-vous chez un ORL : il évalue la situation et établit une ordonnance pour un des nombreux audioprothésistes installés en France.

Ces derniers procèdent alors à des tests, avant de prendre l’empreinte de votre conduit auditif pour fabriquer la prothèse.

Les solutions d’aide auditive : à chaque degré de surdité, sa prothèse

En 1996, les aides auditives ont basculé de l’analogique au numérique, offrant à la fois une meilleure écoute et un meilleur confort aux personnes appareillées.

En effet, il est aujourd’hui possible de distinguer les bruits de fond et la conversation.

Très discrets et très confortables, les mini-contours sont des dispositifs dédiés aux malentendants aux pertes auditives légères à moyennes,, et plus spécifiquement sur les fréquences aiguës.

Ces aides auditives sont composées d’un micro, d’un amplificateur, d’un haut-parleur et d’une pile, capable de fonctionner pendant 12 à 20 jours.

Pour les personnes souffrant de surdité moyenne à sévère, il existe les contours d’oreilles, qui combinent fiabilité, autonomie et manipulation facile.

Cette aide auditive se décline en plusieurs puissances pour une grande efficacité.

Dédiées aux pertes légères ou moyennes, les solutions intra-auriculaires peuvent corriger les fréquences, sur plusieurs niveaux, aussi bien aiguës que graves.

Discrètes, cette aide auditive est plus facile psychologiquement à accepter, et cela, même si elle requiert un entretien régulier et si elle n’est pas facile à manipuler.

Simples à utiliser, esthétiques, les lunettes auditives s’adaptent à l’audition de chacun et sont susceptibles d’embarquer les dernières avancées technologies en matière d’aides auditives.

Enfin, il y a également les prothèses implantables. Elles disposent de multiples atouts tels que la fin des soucis d’occlusion, de Larsen, de résonnance…

Pour creuser la question des dispositifs d’aide auditive, vous pouvez suivre ce lien :
accédez au site en ligne aides auditives